Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

Qu'on ne s'étonne plus de l'absentéisme....

13 Janvier 2010, 11:47am

Publié par marigotine FWI

      

    La crise fait bondir le taux d'absentéisme au travail

Selon les directions des ressources humaines, la démotivation et la faible implication dans le travail sont les facteurs qui contribueraient le plus à ce phénomène.
                On s'absente plus de son lieu de travail lorsqu'on travaille dans une PME et que l'on est installé dans le Sud de la France.     
       Mais il ne faut pas s'en étonner quand on lit l'article du dessous.....  ( 2ème partie)   

La crise économique a fait progresser le taux d'absentéisme dans les entreprises en 2009. Selon le second baromètre de l'absentéisme d'Alma consulting group, ce taux s'est inscrit l'an dernier à 17,8 jours d'absence en moyenne par salarié, soit 4,85%. En une année ce taux a progressé de plus d'un point (3,69% en 2008).

61 % des DRH observent un impact de la crise sur le taux d'absentéisme dans leur entreprise. Selon eux, les principaux facteurs d'absentéisme sont dus à la démotivation des salariés (25 %); à la faible implication dans le travail (22 %); au faible sentiment d'appartenance à l'organisation (13 %), aux problèmes relationnels avec la hiérarchie / les collègues (11 %), et au manque d'attention de l'encadrement aux problématiques RH (9 %).

Ce sont dans les secteurs des Services et de la Santé que l'absentéisme est le plus élevé, rappelle Alma Consulting. Autre constatation, on s'absente plus de son lieu de travail lorsqu'on travaille dans une PME et que l'on est installé dans le Sud de la France (5,3% en région Méditerranée). Dans les services et la santé, les taux d'absentéisme atteignent respectivement 5,16% et 5%, et arrivent largement en tête face à l'industrie (4%) ou le BTP (4,47%). C'est en Rhône-Alpes que l'on observe la plus faible proportion d'absences professionnelles.

Cette enquête a été réalisée auprès de 200 entreprises, organismes publics ou encore établissements hospitaliers, soit 410 284 collaborateurs.
           Il ne faudrait pas oublier les aberrations des bonus des banquiers sans compter les malversations des CE.
                                                             (2ème partie)

                              Irrégularités confirmées au CCE d'Air France
                     Le scandale pourrait diviser durablement les syndicats de personnel au sol et les navigants, qui ne sont pas concernés, du fait d'une gestion autonome de leur comité d'entreprise depuis 2002.     
Le scandale pourrait diviser durablement les syndicats de personnel au sol et les navigants, qui ne sont pas concernés, du fait d'une gestion autonome de leur comité d'entreprise depuis 2002.
    d'entreprise depuis 2002. Crédits photo : Le Figaro

L'audit dévoilé mardi lors d'une cession extraordinaire du CCE met en avant l'utilisation de fonds à des fins personnelles ainsi que des déficits comblés régulièrement par Air France.

L'affaire tient toute la compagnie en haleine depuis trois jours. L'audit sur les comptes du comité central d'entreprise(CCE) et sa gestion entre 2007 et 2009 a été rendu public mardi après-midi lors d'un CCE extraordinaire.

Comme annoncé le 11 janvier le cabinet INA a bien relevé des irrégularités dans les comptes ainsi que des déficits importants comblés par Air France. «Nous confirmons l'utilisation des fonds du CCE à des fins personnelles, indiquait le porte-parole d'un syndicat de navigants à la sortie du CCE extraordinaire. Mais il va falloir réaliser un gros travail comptable pour sortir les choses intéressantes.»

La réunion n'a pas encore permis d'estimer le trou dans les comptes du CCE et de confirmer les chiffres obtenus auprès du comité d'entreprise : 21 à 24 millions d'euros «On arrivera à cette somme, prévient néanmoins un de ses membres. Rien que sur 2009, nous avons une avance de trésorerie de 10 millions d'euros et un prêt contracté auprès de la banque Fortis à hauteur de 6,5 millions.  » Les dirigeants du CCE pointent également du doigt un compte courant mis à disposition par Air France. Il était utilisé par le CCE pour éviter des situations de cessation de paiement lors de périodes difficiles. Il a été soldé fin 2008 avec un débit de 7,5 millions d'euros.

Le document de 200 pages signale en annexe le paiement de loyers de l'ancienne équipe dirigeante, aux frais du CCE, ainsi que des PV d'automobiles. Il est également noté que l'un des membres de l'ancienne équipe a 7 293 euros de frais non justifiés et 10 153 euros de frais de déplacement «non précisés» entre janvier et septembre 2009. Un autre cadre du CCE comptabilise 8 907 euros de frais non justifiés. L'audit rappelle laconiquement les titulaires de Carte bleue à «apporter des précisions sur la nature de ces dépenses afin de lever les incertitudes».
                                                    Courage à tous.....
                                                                                                 Marigotine

Commenter cet article