Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

Petit rappel de sécurité.....

20 Novembre 2009, 14:35pm

Publié par marigotine FWI


           Alerte aux faux médicaments vendus sur le Net

Stock de médicaments contrefaitsen provenance d'Inde et destinés au marché africain saisis au mois d'avril sur le portdu Havre.
Stock de médicaments contrefaits en provenance d'Inde et destinés au marché africain saisis au mois d'avril sur le port du Havre.
Les autorités sanitaires françaises s'attaquent à ces pseudo-Viagra, dopants ou produits coupe-faim, dont la moitié sont de grossières, et parfois dangereuses, contrefaçons.

Cocktails d'herbes censés «combattre l'anxiété et l'insomnie », vitamines en tous genres, pilules amaigrissantes ou stimulant les performances sexuelles… Internet regorge désormais de pharmacies virtuelles, vendant illégalement des médicaments. Plus de la moitié sont des contrefaçons, selon l'Organisation mondiale de la santé, qui s'alarme : «Consommer ces produits représente un réel danger pour la santé.»

Jeudi, Interpol a rendu publics les résultats d'une opération d'ampleur inédite menée en partenariat avec l'OMS pour lutter contre ces ventes illicites via Internet. Mobilisés depuis lundi, les services de police et les autorités sanitaires de 24 pays ont ainsi recensé quelque 800 sites illégaux. Certains ont été aussitôt fermés. Près de mille paquets et 160.000 pilules ont été saisies.

 

 

En France, ce sont une trentaine de médicaments - produits érectiles, antiviraux ou encore dopants - qui avaient été ciblés par les gendarmes, policiers et douaniers spécialisés dans la traque sur Internet. Ils ont repéré 125 sites proposant ces produits en français. «La grande majorité de ces officines en ligne étaient enregistrées sous de fausses adresses ou étaient hébergées à l'étranger, relate le colonel Thierry Bourret, chef de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp), chargé de coordonner l'enquête. Nous avons aussitôt transmis ces renseignements à Interpol, qui les fera suivre aux pays concernés.»

Plusieurs vendeurs présumés ont également été localisés en France. Six personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Chez eux, les gendarmes ont saisi des psychotropes, des anabolisants stéroïdiens, des anxiolytiques et d'autres produits de santé falsifiés, qui étaient vendus sur Internet. L'enquête devra désormais retrouver les sources d'approvisionnement de ces petits vendeurs, pour pouvoir remonter leurs filières.

Longtemps épargnée par la vente illicite de médicaments, en raison d'un système de distribution très contrôlé, la France a récemment vu apparaître ce phénomène. «Les médicaments contrefaits sont en général fabriqués dans des laboratoires en Chine, en Inde ou au Proche-Orient, puis distribués dans les pays du Sud , souligne Jérôme Fournel, directeur général des Douanes. Ces dernières années, un trafic spécifiquement destiné à l'Europe s'est pourtant développé, à cause d'Internet. Et cette augmentation des saisies, essentiellement dans les tris postaux, touche aussi la France.»

Un véritable marché parallèle prospère désormais sur le Web, où des milliers de pharmacies en ligne présentant apparemment toutes les garanties de sérieux vendent toutes sortes de médicaments, sans ordonnance et à tous les prix. Les produits traitant les troubles de l'érection - Viagra ou Cialis notamment - sont les plus recherchés, devant les médicaments à visée amaigrissante, les stimulants et les produits dopants.


                                                       ATTENTION     Très dangereux pour la santé

Beaucoup de patients qui veulent éviter une consultation chez le médecin, parce qu'ils savent que le remède n'est pas indiqué à leur cas, se tournent vers Internet», précise un enquêteur. Un prétendu médecin, photographié en blouse blanche, répond d'ailleurs à leurs questions et apporte sa caution scientifique. «Dans ces officines virtuelles, on se croit en sécurité , déplore la présidente du Conseil de l'ordre des pharmaciens, Isabelle Adenot. En réalité, on ne sait absolument pas où, et surtout dans quelles conditions d'hygiène, a été fabriqué le produit.»

Si plus de la moitié de ces médicaments sont des faux, d'autres ont pu être volés à un moment ou un autre de la chaîne de fabrication, puis remballés. «Certains sont périmés lorsqu'ils arrivent entre les mains du consommateur», souligne un expert sanitaire.

 

 

Préoccupée par ce phénomène, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a lancé en 2009 une série d'analyses de médicaments commandés sur Internet. «Parfois, on ne retrouve aucun principe actif dans leur composition», détaille Stéphane Lange, responsable du département de veille sanitaire. Mais les analyses révèlent aussi de nombreux cas de mauvais dosages ou de mélanges douteux. Certaines préparations à base de plantes, présentées comme naturelles, contiennent ainsi des principes actifs.

«Prendre ces produits peut être très dangereux», alerte l'Afssaps, qui indique : «Les effets indésirables signalés par le biais de la pharmacovigilance sont en augmentation, notamment après une prise de coupe-faim.» Une quarantaine de cas ont été rapportés à l'agence en 2007 et 2008. Il s'agit principalement de consultations aux urgences pour des poussées de tension, des crises de tachycardie ou des hypersudations. En 2008, une jeune femme a par ailleurs trouvé la mort après avoir pris un complément alimentaire falsifié, acheté dans une herboristerie chinoise.

Saisi de la question, le Conseil de l'Europe a élaboré une convention qui recommande à ses États membres de durcir leur arsenal répressif pour lutter contre un trafic international très lucratif. En France, la sanction encourue pour exercice illégal de la profession de pharmacien est de deux ans de prison et de 30 000 euros d'amende.


                                            MARIGOTINE




Commenter cet article