Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

Médecin sans frontières dit: avoir jamais vu de blessures aussi graves

17 Janvier 2010, 13:49pm

Publié par marigotine FWI



                         Les secours commencent à arriver en Haïti

                   Distribution de nourriture et d'eau dans la ville de Soleil samedi.

  

Les hélicoptères américains distribuent désormais l'aide humanitaire au-delà de la capitale, Port-au-Prince, tandis que les sauveteurs tentent d'extraire les rescapés des décombres. Mais les pillages se poursuivent.

Une vingtaine d'hélicoptères font désormais un ballet continu entre le porte-avions américains Carl Vinson et la région de Port-au-Prince, en Haïti, pour amener nourriture et secours aux rescapés du séisme qui a frappé l'île.

Samedi soir, des rations alimentaires ont été jetées dans un stade ou dans une clairière à destination des rescapés. Les secours ont également pu atteindre Léogâne, l'épicentre du tremblement de terre, où 80% à 90% des bâtiments ont été détruits.

L'ONG Médecins Sans Frontières dit n'avoir «jamais vu autant de blessures aussi graves». L'association, qui comptait déjà 30 volontaires sur place au moment du séisme, a pu envoyer 70 personnels internationaux supplémentaires à Port-au-Prince. «La priorité étant donnée aux cas les plus urgents, les équipes ont pratiqué des césariennes et des amputations», explique un cadre de l'association.

Selon lui, «la réaction de la population a été immédiate lorsqu'elle a su que nous démarrions des activités médicales d'urgence à Carrefour (quartier de Port-au-Prince, NDLR). La foule s'est alors amassée près de l'entrée. Les patients arrivant sur des charrettes ou à dos d'homme. Il y a d'autres hôpitaux dans la zone, mais ils sont déjà débordés par l'afflux de blessés et disposent d'un nombre limité de personnel et de matériel/médicaments».

L'insécurité continue de régner sur l'île, où retentissent régulièrement des détonations, ce qui ne facilite pas la tâche des humanitaires. Face aux pillages et à la peur des bandes, les habitants poursuivent leur exode de la capitale pour tenter de rallier les zones de l'île épargnées par le séisme. Et les exhortations du président René Préval, qui assure que «le gouvernement a perdu ses capacités de fonctionnement mais il ne s'est pas effondré», ne suffisent pas à les rassurer.

Le premier ministre haitien a évoqué dans la nuit le chiffre de 25.000 cadavres ramassés. Selon un bilan de l'OMS, la catastrophe aurait fait 40.000 à 50.000 victimes ainsi que 250.000 blessés et 1,5 million de sans-abri . Samedi soir, la Chine a annoncé que huit de ses ressortissants. Le Canada déplore également 8 victimes et 1.362 disparus. La France a 12  personnes, selon un nouveau bilan samedi. Trente à cinquante Français sont toujours portés disparus.

 

Réunion du Conseil de sécurité lundi

 

Au milieu de ce chaos, les sauveteurs s'activent pour tenter de dégager des personnes ensevelies sous les décombres. Une femme de 62 ans a ainsi été extraite des ruines samedi soir. Une étudiante de 29 ans a également pu être sauvée après 97 heures passée sous les gravats. Plusieurs dizaines d'autres sauvetages ont pu être réalisés et l'ONU indique que les sauveteurs ont encore l'espoir de retrouver des survivants. Mais l'horloge tourne. Dans ce type de catastrophe, les chances de survie sont minces  au-delà de 72 heures.

Autre petit miracle : une Haitienne enceinte a donné naissance à son enfant dans l'hélicoptère de la marine américaine qui la ramenait sur le Carl Vinson pour y être prise en charge.

Le monde entier continue de se pencher sur Haïti. Très attendue, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a visité l'île samedi. Elle a promis l'aide américaine, immédiatement et dans la durée. «Comme le président Obama l'a dit, nous serons ici aujourd'hui, demain, et par la suite».

Plus de 10.000 soldats américains devaient être sur zone d'ici dimanche, soit au large d'Haïti, soit sur le terrain pour assurer la sécurité des secours, dans le cadre d'une opération baptisée «Réponse Unifiée». En réaction, le président du Nicaragua, Daniel Ortega, a accusé les Etats-Unis de profiter du chaos «pour installer» ses troupes en Haïti.
  Comme je vous le disais hier continuons à les aider, mais tout en étant vigilant sur les sites qui rassemblent les dons. Pour qu'enfin votre soutien arrive bien à destination.
                                                                               Marigotine                                  

Commenter cet article