Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

Le sommet de Copenhague.... une refonte annoncée

5 Décembre 2009, 12:17pm

Publié par marigotine FWI


                                     DIEU QUE NOTRE NATURE EST BELLE!
               Alors que s’ouvrira lundi le sommet de Copenhague, qui doit aboutir à un accord international pour réduire les gaz à effet de serre, une baleine à bosse (Megaptera novaeangliae) plonge dans l’océan face aux montagnes enneigées du glacier de Mendenhall, en Alaska. Ces cétacés, qui peuvent atteindre 13 à 14 mètres de long et peser en moyenne 25 tonnes à l’âge adulte, se nourrissent exclusivement pendant l’été et vivent sur leurs réserves de graisse pendant l’hiver. Désormais protégée après une chasse intense, leur population est passée d’un minimum de 20 000 individus lors du moratoire de 1986 à environ 35 000 aujourd’hui. L’espèce est peut-être sauvée.
Alors que s’ouvrira lundi le sommet de Copenhague, qui doit aboutir à un accord international pour réduire les gaz à effet de serre, une baleine à bosse (Megaptera novaeangliae) plonge dans l’océan face aux montagnes enneigées du glacier de Mendenhall, en Alaska. Ces cétacés, qui peuvent atteindre 13 à 14 mètres de long et peser en moyenne 25 tonnes à l’âge adulte, se nourrissent exclusivement pendant l’été et vivent sur leurs réserves de graisse pendant l’hiver. Désormais protégée après une chasse intense, leur population est passée d’un minimum de 20 000 individus lors du moratoire de 1986 à environ 35 000 aujourd’hui. L’espèce est peut-être sauvée.
                       ENFIN UN PAS DE FAIT..... car "c'est assez" a dit la baleine

Seul au milieu de l’immensité, ce cavalier traverse lentement la surface gelée du lac Baïkal, dans le sud de la Sibérie, en Russie orientale. Il ne craint ni le froid ni le vent ni la glace qui, en hiver, atteint par endroits plus d’un mètre d’épaisseur et peut supporter le poids d’un convoi de plusieurs camions. Autour de lui, l’un des plus beaux paysages du monde et un scintillant miroir strié par les mouvements de l’eau sous la surface gelée. A quoi pense-t-il ? Au chemin qu’il lui reste à parcourir ? Aux splendeurs qui l’environnent ou à l’avenir de la plus grande réserve d’eau douce du monde, juste là, sous les sabots de son cheval ?
Seul au milieu de l’immensité, ce cavalier traverse lentement la surface gelée du lac Baïkal, dans le sud de la Sibérie, en Russie orientale. Il ne craint ni le froid ni le vent ni la glace qui, en hiver, atteint par endroits plus d’un mètre d’épaisseur et peut supporter le poids d’un convoi de plusieurs camions. Autour de lui, l’un des plus beaux paysages du monde et un scintillant miroir strié par les mouvements de l’eau sous la surface gelée. A quoi pense-t-il ? Au chemin qu’il lui reste à parcourir ? Aux splendeurs qui l’environnent ou à l’avenir de la plus grande réserve d’eau douce du monde, juste là, sous les sabots de son cheval ?
                                    
COPENHAGUE  eau secours...
                              


En ombre chinoise, un cavalier du nouveau spectacle de Bartabas, présenté depuis le 4 décembre au Théâtre équestre Zingaro au fort d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Baptisé Darshan qui signifie «vision du divin» en sanscrit, son nouvel opus est conçu comme un gigantesque théâtre d’ombres circulaire, «en proie à un étrange mouvement continu qui entraîne le public dans une douce gravitation», selon les mots de Bartabas, qui fête aussi les 25 ans de Zingaro. Pour la première fois, l’homme a choisi de demeurer dans son théâtre de bois et d’y rester pour toute la saison 2009-2010, au lieu de faire le tour du monde avec chapiteaux, chevaux et caravanes.
En ombre chinoise, un cavalier du nouveau spectacle de Bartabas, présenté depuis le 4 décembre au Théâtre équestre Zingaro au fort d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Baptisé Darshan qui signifie «vision du divin» en sanscrit, son nouvel opus est conçu comme un gigantesque théâtre d’ombres circulaire, «en proie à un étrange mouvement continu qui entraîne le public dans une douce gravitation», selon les mots de Bartabas, qui fête aussi les 25 ans de Zingaro. Pour la première fois, l’homme a choisi de demeurer dans son théâtre de bois et d’y rester pour toute la saison 2009-2010, au lieu de faire le tour du monde avec chapiteaux, chevaux et caravanes.
            Bonne initiative Bartabas, c'est au petit trot que nous ferons tous un geste pour notre belle planète.

                             Copenhague nous comptons sur toi


                                              MARIGOTINE










Commenter cet article