Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

La retraite, parlons-en! oui mais celle des députés.... (1er volet)

5 Mai 2010, 20:26pm

Publié par marigotine FWI

 

 

 

                                         Le statut très spécial des députés...

retraite elus

C’est désormais à partir de 60 ans, et non plus 55, qu’ils peuvent liquider leurs droits. Mais ils conservent un statut très avantageux.

Combien ? La moyenne de leur retraite, proportionnelle au nombre d’années passées sur les bancs de l’hémicycle, est de 2700 euros par mois, indique l'assemblée.

Peu de députés restent à l’Assemblée une carrière complète, soit 41 années de cotisation en 2012 (23,5 ans de mandat seulement dans les faits car les cotisations des députés sont majorées).Selon les calculs de l'association sauvegarde des retraites, qui milite pour une refonte du système de retraite, un député touche environ 1550 euros pour 1 mandat, 3100 euros pour 2 mandats, 4650 euros pour 3. Pension maximum : environ 6200 euros...

Forte rentabilité
"Pour 1 euro cotisé en activité, un député récupèrera en moyenne 6,10 euros à la retraite s’il liquide ses droits à 60 ans", déplore Pierre-Edouard Du Cray, directeur des études de l’association. "A titre de comparaison, un fonctionnaire récupère en moyenne entre 1,78 et 2,40 euros, un salarié du régime général entre 0,87 et 1,51 euro."

Autre avantage : une pension de réversion très intéressante. Les 2/3 de la pension sont versés à la veuve quand l’ancien élu meurt, sans condition de ressources, selon Sauvegarde retraites. La réversion n’est par exemple que de 50% pour les fonctionnaires.

"Notez aussi que leur pension est en outre connue à l’avance et 100% garantie", ajoute Pierre-Edouard Du Cray.

Qui paie ? Sauvegarde retraites dénonce un régime déséquilibré : "88% du financement vient du contribuable, les cotisations des députés ne contribuent qu’à hauteur de 12%".

Les députés européens élus en juin 2009 pourront quant à eux toucher leur pension à partir de 63 ans. montant   : 3,5% de leur indemnité par année de mandat, dans la limite de 70%. (L’indemnité est de 7665 euros.)                        


Cependant, dans une déclaration du mercredi 14 avril 2010, Eric Woerth a annoncé que le régime de retraite privilégié des députés et sénateurs sera aussi réformé. "On ne peut pas demander un effort aux Français sans demander aussi un effort aux parlementaires, ils en sont d'ailleurs bien d'accord" a précisé le ministre du travail.

 

Les avantages des sénateurs

retraite politiques

Le régime de retraite des sénateurs est proche de celui des députés. L’âge d’ouverture des droits est également fixé à 60 ans.

Combien ? La pension mensuelle moyenne d'un sénateur est de 4442 euros, selon le Sénat.

Selon les calculs de l'association sauvegarde retraites, un sénateur avec un mandat de 6 ans touchera à la retraite environ 1930 euros par mois, 3860 euros pour 12 ans. Maximum : 6440 euros.

La rentabilité. Pour 1 euro cotisé en activité, un sénateur à la retraite touche en moyenne 7,40 euros s’il liquide ses droits à 60 ans, indique Sauvegarde retraites. Les sénateurs prennent toutefois leur retraite en moyenne à 67,5 ans : à cet âge, pour 1 euro cotisé, un sénateur récupère en moyenne 4,90 euros.

Qui paie ? Différence majeure avec le régime des députés : celui des sénateurs est équilibré et ne fait pas appel au contribuable.

retraite politiques
En matière de retraite obligatoire, les élus locaux sont bien moins avantagés que les parlementaires.

D’une part parce que leurs retraites sont largement calculées selon les règles communes. Si l’élu n’a pas d’activité professionnelle à côté de son mandat, il est affilié au régime général pour sa retraite de base, la Cnav. Si l’élu a conservé un travail, il continue à cotiser pour sa retraite professionnelle.

D’autre part parce que la retraite complémentaire obligatoire des élus locaux, l'ircantec, ne représente souvent qu’un faible montant. "L’allocation moyenne d’un élu local est de 613 euros par an", indique l’Ircantec.

NB : Les maires qui ne touchent pas d’indemnités n’ont pas de retraite au titre de leur mandat.

Rente facultative. L’intérêt de la retraite des élus locaux, c’est surtout le droit de cotiser pour une retraite facultative, qui pourra être touchée en rente à partir de 55 ans. Ce n’est toutefois possible que pour ceux qui gardent leur travail pendant leur mandat.

Ces élus peuvent choisir entre deux fonds et cotiser 4, 6 ou 8% de leur indemnité brute. Deux avantages : la collectivité doit cotiser à son tour 4, 6 ou 8% pour la retraite de l’élu et la rente sera en partie défiscalisée.

La pension fixe du chef de l’Etat

retraite politiques

63 000 euros par an. Les anciens présidents de la République ont droit à une "dotation" fixe, qui ne dépend pas du nombre de mandats. Cette somme correspond au "traitement indiciaire brut d'un conseiller d'Etat en service ordinaire", dit une loi d'avril 1955, soit 5250 euros par mois, indique  Yvan Stefanovitch, journaliste et auteur de La Caste des 500 (JC Lattès, janvier 2010), un livre qui dénonce les privilèges des hommes politiques.

Réversion : Quand un ancien président meurt, son épouse touche 50% de sa pension, sans condition de ressource.

Pas de retraite de ministre…

retraite politiques

Les anciens ministres, secrétaires d’Etat et chefs de gouvernement n’ont en revanche pas droit à une retraite à ce titre spécifique.

Ils continuent cependant à percevoir leur salaire de ministre (environ 13 000 euros brut pour un ministre ou un secrétaire d’Etat) pendant six mois après avoir quitté le gouvernement s’ils ne trouvent pas de travail. Ils sont rares dans ce cas, précise Yvan Stefanovitch.

Un élu cumule souvent plusieurs mandats électifs, successivement ou simultanément (exemple : un député-maire). Le montant total des pensions additionnées n’est pas plafonné.

Ainsi, "85% des députés et 81% des sénateurs" ont aussi un mandat local et cotisent pour plusieurs régimes spéciaux de retraite, indique Yvan Stefanovitch. Il estime par exemple à "11 000 euros par mois" la pension de Michel Charasse, "qui cumule retraites de sénateur, haut fonctionnaire, maire, conseiller général et régional".

"Et sa retraite ne l’empêche pas de siéger au Conseil constitutionnel et de toucher en plus 12 000 euros d’indemnités à ce titre", précise le journaliste.

 

  Merci à Aurélie Blondel pour ce compte rendu détaillé.

                                                                                                          Marigotine          

 

Commenter cet article