Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

La dernière falaise occidententale....

9 Mai 2010, 12:40pm

Publié par marigotine FWI

 

                                                             La Californie: l'autre visage

         Big Sur, sur la Highway One en Californie (Etats-Unis)

Big Sur

- Partant du sud de Los Angeles, la Highway One (Route 1) offre au voyageur l’expérience mythique d’un road movie de 882 km. Autour de San Francisco, elle est un miroir des extravagances de la Californie. On peut y trouver, en contrebas de la route, un village mystérieux, rebelle, dont les habitants ne veulent pas être repérés sur les cartes. Plus loin, un shérif déboule, qui fait la chasse aux cultivateurs de marijuana. Ailleurs, on peut se ressourcer dans un temple du New Age et suivre un séminaire tout nu et tout bronzé. A partir de Big Sur (photo), la bande côtière de San Simeon à Carmel, la corniche devient spectaculaire. Avant 1937, et la construction de la route, l’accès à ces promontoires était quasi impossible.

Dillon Beach sur la côte de Californie (Etats-Unis)

Dillon Beach

- Sur cette plage à cent kilomètres au nord de San Francisco, des campeurs ont installé leur caravane depuis cinquante ans. Menacés d’expulsion par la California Coastal Commission (CCC) chargée de protéger le littoral californien, ils tentent d'invoquer la «grandfather clause» (clause du grand-père), qui stipule qu’une nouvelle loi d’aménagement du territoire ne peut être appliquée à des structures préexistantes. Certains ont aménagé leur emplacement comme des maisons de campagne et passent toutes leurs vacances ici, même si l’eau ne dépasse jamais les quinze degrés.

Vue de Big Sur depuis Rocky Point, en Californie (Etats-Unis)

Vue depuis Rocky Point

  - A mi-chemin entre Los Angeles et San Francisco, la côte de Big Sur, vue ici de Rocky Point, se déploie entre les montagnes de Santa Lucia et l’océan Pacifique. Elle fut découverte par des marins espagnols en 1542 et fut baptisée deux siècles plus tard «El País Grande del Sur», le pays du Grand Sud. Après l’adoption en 1862 de la loi fédérale américaine du Homestead Act, signifiant que les pionniers devenaient propriétaires d’un terrain à condition de l’occuper durant cinq années consécutives, quelques téméraires s’installèrent sur cette partie du littoral. De nombreux sites remarquables portent encore leur nom, comme Pfeiffer, Gamboa, Partington ou McWay. Ces Américains mélangèrent l’anglais et l’espagnol pour rebaptiser leur terre d’adoption Big Sur.

Big Sur, paradis naturel pour les enfants, en Californie (Etats-Unis)

Paradis pour enfants

  - Grandir à Big Sur signifie passer beaucoup de temps dehors. A la plage, les enfants et les adolescents sont nombreux à pratiquer le surf. Internet, qui n’est pas accessible partout et souffre d’un faible débit, n’est pas une alternative aux loisirs de plein air comme dans la plus grande partie du pays. On s’étonne toujours de découvrir que des familles habitent à Big Sur. La côte est relativement peu construite et les maisons ne sont pas visibles depuis la route. Combien sont-ils à vivre sur cette proue de l’Amérique ? En 2000, le recensement américain a établi que 996 personnes résidaient sous le code postal de la région (93920).

Bolinas sur la côte de Californie (Etats-Unis)

Bolinas

- On est accueilli ici par une pancarte annonçant : «Vous entrez dans un village socialement conscient et amoureux de la nature». En 2003, les résidents de Bolinas ont adopté une loi leur imposant l’obligation morale de respecter la nature. En 2009, en raison de la sécheresse affectant l’ensemble de la Californie, Bolinas a été la première commune de l’Etat à imposer des rationnements d’eau. Chaque foyer a dû limiter son utilisation à 565 litres par jour (un bain consomme 150 à 200 l). Ce village de pêcheurs a été découvert en 1971 par des hippies venus nettoyer une marée noire, The San Francisco Bay Oil Spill. Ils y habitent encore. «Ceux qui entraient au Smiley’s [l’unique bar et hôtel local] avec des cheveux longs se faisaient rosser, raconte un pêcheur. Ensuite, on leur coupait les cheveux gratuitement.»

Institut Esalen en Californie (Etats-Unis)

Séminaire pour le corps et l'esprit

- Créé en 1962, l’institut Esalen propose plus de cinq cents séminaires chaque année, dans des domaines aussi divers que la psychologie, la sexualité, la recherche de spiritualité…

Thermes de l'Institut Esalen en Californie (Etats-Unis)

Thermes de l'Institut Esalen

   L’institut Esalen a emprunté son nom à une tribu d’Indiens, les Esselen. Ils avaient déjà recours aux sources d’eau chaude. Les thermes, aujourd’hui mis à la disposition des clients de l’institut, ont subi une restauration de plusieurs millions de dollars après la tempête de février 1998. Le site, perché à quinze mètres au-dessus de l’océan, permet d’admirer des créatures marines comme des phoques, des lions de mer ou des loutres. Dans le centre, où l’eau sulfureuse à 48 °C coule à une vitesse de 302 litres par minute, on peut se baigner et bénéficier de massages. Les «retraites» de plusieurs jours, onéreuses, attirent désormais anciens hippies fortunés et cadres stressés. Les bains sont
ouverts au public, sur réservation, de 1 h à 3 h du matin pour 15 euros par personne.

Route scénique sur la Highway One, en Californie (Etats-Unis)

Route scénique

- La Highway One est l’une des plus spectaculaires routes des Etats-Unis, mais également une des plus parcourues. On y croise décapotables ou RV, ces énormes camions-caravanes. Des aires de stationnement sont aménagées tout le long pour permettre d’admirer le paysage

Pour le cannabis thérapeutique, à Mendocino, en Californie (Etats-Unis

Cannabis thérapeutique

  - Fille d’un avocat conservateur de l’Oklahoma, Pebbles Trippet, 71 ans, ici en compagnie de ses amis Monkey et Thierry, est la fondatrice de la Medical Marijuana Patients Union de Mendocino. Militante infatigable de la légalisation du cannabis, elle a été arrêtée onze fois pour ses activités.

Pâturages près de la baie de Tomales, en Californie (Etats-Unis)

Baie de Tomales

  - Après trois années de sécheresse, les pluies de l’hiver 2010 ont à nouveau verdi les pâturages. Près de la baie de Tomales, la famille Straus s’est engagée très tôt dans un combat écologique. Dès les années 1970, les fermiers ont éliminé pesticides, herbicides et engrais. En 2005, ils ont installé un digesteur de méthane pour traiter le fumier de leurs 290 vaches.

 

Un grand merci à Armelle Vincent et Catherine Karnowpour ce partage Californien.

 

                                                                                                              Marigotine

Commenter cet article

Ava 09/05/2010 15:22


Je l'ai fait ce voyage le long de la côte californienne : on n'en parle pas assez. Elle est belle, sauvage... vous avez l'air de passer du bon temps. très sympa. bon dimanche