Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

La chanson qui barbe grave!

7 Août 2011, 12:37pm

Publié par marigotine FWI

 

 

Tête en l’air.
Bein quoi je répète pour mon clip!
                              Colchiques dans les prés fleurissent fleurissent
                              Colchiques dans les prés c'est la fin de l'été.....

 <b>Tête en l’air.</b> Mais qu’a-t-il bien pu voir a Le photographe ou un danger a Quoi qu’il en soit, ce cerf de Virginie (<i>Odocoileus virginianus</i>) a pris le risque de révéler sa position au beau milieu d’un champ de colza, au nord de Cremona, dans la province canadienne de l’Alberta. Une vision fugace... Car ce cervidé est plutôt de nature discrète, sauf en automne quand commence le rut. Une période où les mâles semblent oublier complètement leur prudence naturelle, alors que la nourriture se fait plus rare et que la course folle à la reproduction commence. Le cerf de Virginie peut atteindre 2 mètres de long et mesurer 1mètre au garrot. Un mâle pèse entre 60 et 150kilos et la femelle dépasse rarement les 70 kilos.     
 Mais qu’a-t-il bien pu voir ? Le photographe ou un danger ? Quoi qu’il en soit, ce cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) a pris le risque de révéler sa position au beau milieu d’un champ de colza, au nord de Cremona, dans la province canadienne de l’Alberta. Une vision fugace... Car ce cervidé est plutôt de nature discrète, sauf en automne quand commence le rut. Une période où les mâles semblent oublier complètement leur prudence naturelle, alors que la nourriture se fait plus rare et que la course folle à la reproduction commence. Le cerf de Virginie peut atteindre 2 mètres de long et mesurer 1mètre au garrot. Un mâle pèse entre 60 et 150kilos et la femelle dépasse rarement les 70 kilos. (Jeff McIntosh/AP/SIPA)
Affolés.
Panique dans les bourses fleurisse, fleurisse
Panique dans les bourses c'est la fin des deniers....

<b>Affolés.</b> Les marchés mondiaux ont encore chuté, vendredi, plombés par les perspectives inquiétantes de l'économie mondiale et la crise de la dette en zone euro. Au lendemain d'un plongeon généralisé, les bourses européennes ont continué leur glissade. Ainsi, en fin de matinée, Londres reculait de 2,16%, Paris de 1,14%, Francfort de 2,48% et Milan de 0,38%. Sur tous les continents, la même angoisse étreint les marchés. Tokyo a dévissé de 3,72% et Hong Kong 4,29%. Jeudi, Wall Street est retombé à son niveau de décembre après une chute de 4,31% pour le Dow Jones et de 5,08% pour le Nasdaq.
 Les marchés mondiaux ont encore chuté, vendredi, plombés par les perspectives inquiétantes de l'économie mondiale et la crise de la dette en zone euro. Au lendemain d'un plongeon généralisé, les bourses européennes ont continué leur glissade. Ainsi, en fin de matinée, Londres reculait de 2,16%, Paris de 1,14%, Francfort de 2,48% et Milan de 0,38%. Sur tous les continents, la même angoisse étreint les marchés. Tokyo a dévissé de 3,72% et Hong Kong 4,29%. Jeudi, Wall Street est retombé à son niveau de décembre après une chute de 4,31% pour le Dow Jones et de 5,08% pour le Nasdaq. (Brendan McDermid/REUTERS)
Extrêmes.
Pancartes dans les rues brandissent, brandissent
Pancartes dans les rues, c'est le retour des islamistes....
ça fait peur!

<b>Extrêmes.</b> Ils ne veulent ni plus ni moins que l'application de la charia au Royaume-Uni. Et ils sont descendus dans la rue pour le clamer. Face à des membres de partis nationalistes, ces musulmans radicaux du Muslims Against Crusade, un groupuscule composé de nouveaux convertis et d'ultra-orthodoxes, ont défilé en petits groupes entre Leyton et Walthamstow, dans l'est de Londres, la capitale du pays. Comme un lointain souvenir des années 90 quand la ville, qui offrait une tribune ouverte aux pires islamistes, avait reçu le surnom de Londonistan.
 Ils ne veulent ni plus ni moins que l'application de la charia au Royaume-Uni. Et ils sont descendus dans la rue pour le clamer. Face à des membres de partis nationalistes, ces musulmans radicaux du Muslims Against Crusade, un groupuscule composé de nouveaux convertis et d'ultra-orthodoxes, ont défilé en petits groupes entre Leyton et Walthamstow, dans l'est de Londres, la capitale du pays. Comme un lointain souvenir des années 90 quand la ville, qui offrait une tribune ouverte aux pires islamistes, avait reçu le surnom de Londonistan. (AFP)
Expulsés.
Ressources naturelles du sous sol, enrichissent, enrichissent
Ressources naturelles du sous-sol......
                                              J'en ai marre de ta chanson Marigotine!

<b>Expulsés.</b> Alors que la Chine a ordonné le déploiement de forces antiterroristes supplémentaires au Xinjiang, région de l'ouest secouée par des troubles fin juillet, la vieille ville de Kashgar, à l'extrême ouest du pays, continue de subir des «rénovations» à marche forcée. Une à une, les maisons traditionnelles sont détruites et leurs habitants expulsés. Le Xinjiang est régulièrement marqué par des affrontements en raison des fortes tensions entre Hans (ethnie majoritaire en Chine) et Ouïghours (musulmans turcophones). Nombre de ces derniers dénoncent la répression culturelle et religieuse à leur encontre ainsi que l'immigration massive de Hans qui dirigent le développement économique de cette région encore pauvre mais riche en ressources naturelles.
Alors que la Chine a ordonné le déploiement de forces antiterroristes supplémentaires au Xinjiang, région de l'ouest secouée par des troubles fin juillet, la vieille ville de Kashgar, à l'extrême ouest du pays, continue de subir des «rénovations» à marche forcée. Une à une, les maisons traditionnelles sont détruites et leurs habitants expulsés. Le Xinjiang est régulièrement marqué par des affrontements en raison des fortes tensions entre Hans (ethnie majoritaire en Chine) et Ouïghours (musulmans turcophones). Nombre de ces derniers dénoncent la répression culturelle et religieuse à leur encontre ainsi que l'immigration massive de Hans qui dirigent le développement économique de cette région encore pauvre mais riche en ressources naturelles. (Carlos Barria/REUTERS)

Commenter cet article