Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

L'ouverture de la chasse aux comédons est ouverte...

3 Décembre 2009, 12:11pm

Publié par marigotine FWI


       Après vous avoir donné quelques petits conseils pour préparer votre organisme à
affronter les fêtes, voici quelques recettes pour embellir  votre peau.

 
P1-antistars-gamma

            

De la traditionnelle extraction de comédons à la vapeur aux gestuelles « à dimension polysensorielle », en passant par les techniques à la limite de la chirurgie, l’univers du soin affiche de nombreuses facettes. Face à elles, des femmes discrètes, qui, dans leur coin, font merveille.

Nouvelles machines façon Guerre des Étoiles (laser, LED, etc.), injections pour combler, retendre ou lisser, la technologie a envahi l’univers de la beauté. Parallèlement, les soins dits « mécaniques » ou « manuels » adoptent de plus en plus souvent des noms et des gestuelles exotiques qui, au final, n’ont pas forcément d’autre effet que de nous dépayser… Entre ces deux tendances de fond, des praticiennes travaillent dans l’ombre. Sans surjouer, ni en rajouter. Leur spécificité est de ne pas succomber aux charmes de la mode ou de la nouveauté, juste de les regarder et d’y faire le tri. Mieux, malgré le fait que la plupart aient lancé des lignes de soins (en général exclusivement vendues dans leurs salons), il est parfois difficile de les faire parler tant la confidentialité leur colle comme une seconde peau.

Dans ce domaine, la plus connue est sans doute Joëlle Ciocco, biochimiste ayant mis au point une nouvelle science, l’épidermologie, qui étudie la peau sous toutes ses coutures. Son credo est simple. « Par définition, le mauvais cosmétique n’existe pas. Il faut juste “personnaliser” son efficacité », martèle-t-elle à ses clientes dans son appartement-institut (1). Pas glamour pour un sou, ses protocoles aux doux noms de « technique buccale » ou « technique d’imprégnation », entre autres, comptent pourtant parmi les favoris de nombreux people.

(1) 8, place de la Madeleine, 75008 Paris. Tél. : 01 42 60 58 80. www.joelle-ciocco.com


P2-antistars-gamma
Des méthodes qui ont fait leurs preuves

Encore plus discrète, Sylvie Puig a de son côté repris, il y a quinze ans, l’institut de Jane de Busset (2). Autant vous l’avouer, l’endroit est l’une des références fétiches des rédactrices beauté, ainsi que certaines de leurs consœurs de la mode. Intransigeante elle aussi sur la qualité des soins et sur leur authenticité, Sylvie Puig casse le mythe : « La crème miracle, ça n’existe pas. Les techniques aux noms scientifiques, les machines high-tech peuvent impressionner certaines femmes, mais franchement, une ride n’étant rien d’autre que de l’usure, s’il existait des solutions magiques, ça se saurait ! » Elle mise donc sur un précepte d’une évidence finalement déconcertante : « On l’oublie, mais la peau est un organe vivant que l’on doit nettoyer et à qui il faut donner à boire et à manger régulièrement, c’est tout. Appliquer des soins de temps à autre, de manière désordonnée ou superflue et qui, souvent même, ne conviennent pas à notre type de peau, ne sert absolument à rien. Si on ne la travaille pas tous les jours, la booster à l’aide d’une machine une fois par an n’a aucun intérêt. Pour simplifier, c’est à 20 ans que l’on traite sa peau de trentenaire, à 30 ans que l’on prépare celle que l’on aura à 40, etc. »
Seule, avec une assistante, la praticienne prend donc le temps d’étudier chaque épiderme, « afin de parfaitement le mémoriser » et d’adapter ensuite à chaque cas l’un de ses trois soins qui commencent par une désincrustation chimique, intitulée catiodermie, se poursuivent avec l’application de produits développés exclusivement pour elle, au travers de gestuelles transmises par Jane de Busset – massages manuels, frottements sur le visage visant à activer la circulation sanguine. Résultat, les clientes viennent de mère en fille (Sylvie Puig voit même arriver la troisième génération !)… ou en fils, les adolescents voyant ici un moyen de traiter leurs boutons sans passer par la case dermato.

Le travail de la main est une véritable religion pour ces praticiennes de l’ombre. Pour preuve, le maintien à l’affiche des pincements Jacquet. Mise au point par le professeur du même nom, dans les années 30, cette technique s’apparente à une gymnastique du visage et permet d’embellir l’éclat du teint, de ralentir les effets du temps en conservant la fermeté des tissus… comme n’importe quel cours de gym finalement.
La méthode – toujours enseignée dans les écoles spécialisées – a fait la réputation de Françoise Morice qui, dans son institut (3), continue de l’appliquer en même temps que la sienne, la kinéplastie, qui mêle vibrations et modelages. D’autres endroits plus inattendus conservent les pincements Jacquet sur leur carte, notamment le salon Lucie Saint-Clair Top International (4).

(2) 30, rue Pasquier, 75008 Paris. Tél. : 01 42 65 53 55.
(3) 58 bis, rue François-1er, 75008 Paris. Tél. : 01 42 56 14 08.
www.francoise-morice.fr
(4) 4, avenue Pierre-1er-de-Serbie, 75116 Paris.
Tél. : 01 47 20 53 54.
www.lucie-saint-clair.com


« Lift sans lifting »                               C3-antistars-gamma

Autre technique pas née de la dernière pluie (mais reprise depuis deux ans, avec plus ou moins de bonheur, par les grands noms de la cosmétique dans une version at home), la microdermabrasion demeure un must chez certaines esthéticiennes. Si certaines avouent devoir rattraper les erreurs commises à domicile par des clientes peu ou mal renseignées sur le mode d’emploi, d’autres en revanche en ont fait leur spécialité.
Parmi les pionnières, Odile Lecoin, Kinésithérapeute de formation, elle est aujourd’hui la spécialiste du « lift sans lifting » et de l’exfoliation aux cristaux d’alumine. Après avoir travaillé plus de dix ans à ses côtés, Elisa Costantino s’est lancée en solo. Installée dans l’une des cabines du salon L’Instant 2Moss (5), elle applique les leçons (et les produits) de son aînée : « Il ne faut pas se leurrer, les noms des soins changent pour satisfaire le besoin de nouveauté des gens, mais les techniques restent les mêmes. Pour ma part, j’en mixe deux : la microdermabrasion à l’aide de cristaux d’alumine pour nettoyer la peau, la rééquilibrer, régénérer les fibres de collagène et d’élastine et donc, agir sur le vieillissement cutané. Et l’utilisation du microcourant Caci Ultra, mis au point il y a vingt ans par des médecins américains pour traiter les problèmes musculaires des sportifs, qui va agir sur les cellules des muscles faciaux et donc ralentir le relâchement cutané. »

Certes améliorées au fil du temps – toutes les praticiennes effectuent une veille efficace sur les nouveautés en tous
genres –, ces méthodes non invasives ont fait leurs preuves et séduit des femmes que l’on aurait tort d’imaginer forcément sexagénaires. Pour preuve, L'institut Sothys (6), adresse rarement qualifiée de branchée, constate accueillir de plus en plus de trentenaires venues tester le Traitement Intensif Anti-âge. En une heure trente, on calcule l’âge de votre peau et l’on détermine votre grade de vieillissement, de la ride du lion au double menton en passant par la tonicité. Et l’on agit avec une gestuelle et des produits spécifiques en fonction de cet état des lieux.
Mais quoi que l’on choisisse, une seule règle est prescrite par toutes ces femmes : la régularité. « L’excès nuit en tout, assure Sylvie Puig. Seul un entretien régulier permet d’obtenir une meilleure qualité de peau. » La beauté est aussi un mode de vie.

(5) 5, square de l’Opéra-Louis-Jouvet, 75009 Paris.
Tél. : 01 44 56 03 66.
www.2moss.fr
(6) 128, rue du Faubourg-Saint-Honoré, 75008 Paris.
Tél. : 01 53 93 91 53.
www.sothys.com


                                             Allez les filles on se prépare: on gomme on exfolie.



                                                                               

Commenter cet article