Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

Je brunch, tu brunch, on brunch? un article de la rédaction du "Figaro"

7 Février 2010, 12:46pm

Publié par marigotine FWI


 
              

                     Dix nouveaux brunchs pour nourrir vos week-ends

 
Chez Casimir

Datés, connotés, formatés, on les avait un peu délaissés. Mais un vent de nouveauté souffle aujourd'hui sur les brunchs, qui reprennent du service avec des formules plus délurées. Coup de loupe sur dix inédits.

 

Buffet breton : Chez Casimir

Salle de réveil. À deux pas de Chez Michel, l'autre bistrot de Thierry Breton lui damne le pion, côté déco sommaire : dalles de pierre, murs jaunis, tables et chaises en bois, briques apparentes et comptoir. Le week-end, la formule « Traou Mad » mise aussi sur le côté bonne franquette : on prend ses couverts, on coupe son pain…

Sur la table. Un buffet campagnard plus qu'un brunch, mais un vrai moment de gourmandise pour les Obélix de fin de semaine. L'ami gaulois tomberait à la renverse à l'énoncé du programme : salades en tout genre, huîtres, crabe, saumon, terrines, charcuteries à la trancheuse, omelette aux gésiers et champignons, risotto aux encornets et oie farcie. Rien que ça ! Sauf pour ceux qui ont gardé de la place pour le buffet de desserts et peuvent s'achever d'une part de far breton, de crumble, de moelleux au chocolat ou… des trois.

Bravo. La qualité jamais sacrifiée malgré les quantités, les vins triés sur le volet et tarifés à prix d'amis.

Dommage. Rien !

Chez Casimir, 6, rue de Belzunce, Xe. Tél. : 01 48 78 28 80. Buffets tous les samedis et dimanches, de 10 heures à 19 heures, à 25 €.

 

So british : Rose Bakery II

Salle de réveil. En plein cœur du haut Marais, aujourd'hui investi par les bobos et les bonnes adresses, cette épicerie-salon de thé « made in England » est définitivement biobo. Moins spartiate quela première du nom(rue des Martyrs), elle est évidemment prise d'assaut pour le brunch et l'attente, près du comptoir, se révèle parfois longue et inconfortable… Mais les meilleurs scones de Paris sont à ce prix et, franchement, nous sommes prêts à le payer tous les week-ends !

Sur la table. Cakes, pancakes, scones, muffins… tout, ici, est remarquable. Nulle part ailleurs, vous ne pourrez goûter des pancakes aussi moelleux et légers, des scones aussi gonflés et originaux (goûtez ceux au potimarron !), un bacon aussi croustillant, un jus de carotte au gingembre aussi frais et revigorant… We love it !

Bravo. La qualité impressionnante des produits, la clientèle.

Dommage. Les prix à la carte qui peuvent grimper, l'attente, le relatif inconfort.

  Rose Bakery 30, rue Debelleyme, IIIe. Tél. : 01 49 96 54 01. Brunch à la carte le week-end de 10 heures à 17 h 30 (pas de plats chauds après 16 heures), env. 25-30 €.

 

Familial : Le Pain Quotidien

 

Le Pain Quotidien
Le Pain Quotidien Crédits photo : RICHARD VIALERON/LE FIGARO.

Salle de réveil. L'enseigne est loin d'être nouvelle. Elle a fait florès, dans les années 1990, avec son concept rustico-belge, très « ami Ricoré ». Ici, tout est conforme à la charte déco (grandes tables d'hôtes, hégémonie du bois blond…). En revanche, la carte de cet établissement a depuis peu été confiée à André Daguin, qui veille à la qualité et a notamment conçu des dîners végétariens tout bio.

Sur la table. Un kit classique mais bien ficelé avec œuf coque (cuisson nickel), yaourt bio et granola, assiette de fromage et charcuterie (ou saumon fumé-mesclun), viennoiserie au choix, pain et confitures, jus d'orange frais et boisson chaude.

Bravo. Le bel espace sous verrière, l'ambiance bon enfant (chaises bébés prévues), les horaires très souples et le bon rapport qualité-prix.

Dommage. Les couverts cheap (avec une cuillère trop grande pour l'œuf coque), le volume sonore.

Le pain quotidien, 25, rue de Varenne, VIIe. Tél. : 01 45 44 02 10. Brunch le sam. et dim. de 8 heures à 17 heures, à 22,50 €.

 

Quotidien : Twinkie

Salle de réveil. Comme à New York… Une allure et un menu très Manhattan avec cuisine ouverte sur une jolie cantinette, aussi claire que lookée, et un concept : des brunchs sept jours sur sept, ce qui n'est pas pour déplaire non plus aux accros de « junk-fooderies » US.

Sur la table. Le brunch dans tous ses états, en six versions avec thé, café, jus et viennoiseries. Selon l'humeur, se pointent œufs coque, brouillés ou Benedict, saucisse & beans, pancakes, scones, salades… mais aussi des bagels en or et un cheese-cake très à la hauteur.

Bravo. Les smoothies sur mesure (carotte, orange, pomme…), le menu spécial « gluten et lactose free » pour les nouveaux allergiques, les petits prix qui riment avec de bons produits (pains Véronique Mauclerc, confitures Fruirouge, saumon et caviar Kaspia…).

Dommage. Une adresse anticrise, déjà très prisée par le joli monde de Montorgueil.

Twinkie, 167, rue Saint-Denis, IIe. Tél. : 01 42 36 92 58. Brunch tlj. de 14 à 19 €.

 

East side : Mama Shelter

Salle de réveil. On a beau dire, l'enceinte Starckisée du temple bobo de Bagnolet fait toujours son effet. Concentré de petits détails, l'immense salle de restaurant flatte les mirettes avec ses petits coins cosy, ses fauteuils où se lover, sa cheminée de bougies, son plafond griffonné à la craie, ses grandes tables en bois brut… Un vrai havre de paix contemporain.

Sur la table. Comme la carte du déjeuner et du dîner, celle du brunch a été pensée par Alain Senderens, le monsieur de la Madeleine, sans que l'on sache exactement comment cela se traduit dans l'assiette. Reste que le choix proposé s'avère costaud. Ici, entre deux gorgées de café, on avale des lamelles de jambon ibérique, des tranches de saumon fumé ou des petites pizzas. Conseil : garder de la place pour les desserts : churros et Nutella, pannacotta, gaufres, tarte au citron…

Bravo. L'ambiance familiale et sereine du dimanche matin, le baby-foot géant, le cachet du lieu.

Dommage. Les boissons alcoolisées, non comprises dans le prix du menu, pourtant pas donné.

  Mama Shelter, 109, rue de Bagnolet, XXe. Tél. : 01 43 48 45 45. Brunch le dimanche, de 12 heures à 16 heures, à 39 €.

 

Plateau-repas : Miroir

Salle de réveil. En haut de la rue des Martyrs, c'est un vieux bistrot qui se donne des airs de repaire cool. À moins que ce ne soit l'inverse. Le carrelage ancien copine avec les appliques modernes, les tables en bois avec les banquettes rouges, le comptoir avec les casiers à bouteilles. Et pour donner du volume à tout ça, quelques miroirs et la verrière, au fond de la salle.

Sur la table. Une fois le jus de poire d'Alain Milliat englouti en une rasade, le tête à tête avec l'ardoise qui énonce le menu laisse pantois : quasiment une dizaine de services au programme. Ce n'est qu'un leurre car la cargaison, plutôt qualitative malgré de petites déceptions (très fade salade de filets mignons), arrive en fait sur un plateau. On passe allègrement des rillettes de haddock aux œufs brouillés et du beaufort d'alpage au riz au lait.

Bravo. L'accueil vraiment charmant, le café et le thé à volonté.

Dommage. Le côté déceptif du « tout sur un plateau ».

Miroir, 94, rue des Martyrs, XVIIIe. 01 46 06 50 73. Brunch le dimanche, de 12 heures à 14 h 30, à 26 €.

 

Jazzy : Hôtel Lutetia

Salle de réveil. Le Lutetia fête son centenaire et tient à le faire savoir. Parmi la multitude de petits événements qui vont ponctuer l'année, le célèbre palace met en musique ses brunchs dominicaux. Dans la grande salle Borghese donnant sur le boulevard Raspail, les théières et viennoiseries valsent sur des rythmes jazzy lancés par un DJ.

Sur la table. Cinq stands balisent le parcours des clients de l'hôtel et visiteurs ponctuels, mêlés dans une course pas toujours très cordiale. Comprenez qu'il faut parfois jouer des coudes pour mettre la main sur une petite portion de sauté d'agneau, une tranche de jambon à l'os, excellent, ou de saumon bio d'Irlande mariné et qu'il ne faut pas traîner devant le plateau d'huîtres ni devant le buffet de pâtisseries.

Bravo. Le choix de plats très vaste ; la gamme de laits et de jus de fruits différents ; les vins, rouge et blanc, proposés à discrétion.

Dommage. Le décor un poil vieillissant, l'atmosphère bruyante, les tables un peu serrées, le prix.

Hotel Lutecia, 45, boulevard Raspail, VIe. 01 49 54 46 46. Brunch le dimanche, de 12 h 30 à 15 h 30. 48 €.

 

Pause gastro : Drouant

 

Chez Drouant
Chez Drouant Crédits photo : Le Figaro

Salle de réveil. Table culte du Paris littéraire, Drouant, revu et modernisé par le chef Antoine Westermann, n'est pas doré sur tranche mais au mur. Lumineux sans être paillettes. Ultracosy côté bar (demandez à bruncher de ce côté-là).

Sur la table. La formule « Le P'tit Trainard », conçue pour les gourmets qui savourent aussi une grasse matinée. Soit quatre petits plats avec, dans l'ordre : un œuf mollet accompagné du jambon ibérique Grande Réserve, une crème de légume, une faisselle à la ciboulette avec un saumon fumé fondant à souhait et un joli minestrone de fruits frais. Outre la boisson chaude, on trinque avec un pétillant crémant d'Alsace et un grand jus d'orange pressé minute.

Bravo. La quantité des miniviennoiseries et du panier de pain, la qualité des ingrédients, le service aux petits soins.

Dommage. La clientèle, maussade comme un jour de pluie, ce dimanche-là.

Drouant, 18, rue Gaillon, IIe. Tél. : 01 42 65 15 16. Brunch sam. et dim., de 12 heures à 14 h 30, à 32 €. Réservation préférable.

 

Thaï Break : Bon

Salle de réveil. Une ravissante salle à manger tellement lumineuse qu'elle vous ensoleille même un jour de pluie, le tout griffé Starck, cosy à souhait, qu'on soit perché sur la haute table d'hôtes ou posé sur les confortables canapés.

Sur la table. Oscillant entre fourchettes et baguettes, un élégant buffet aux accents thaïs sur lequel se posent des œufs brouillés aux herbes, un bœuf sauté aux légumes, des crevettes au basilic et du riz façon « Laos » bien au chaud, à côté de délices de fraîcheur : salade de papaye verte, tartare de thon, sashimis de saumon. Entre deux allers-retours, des corbeilles de viennoiseries, nems, ravioles et jus en tout genre sont apportés à table par un personnel « charming ».

Bravo. Le raffinement de la cuisine et tout particulièrement des desserts : pannacotta rose-litchi, soupe de lait de coco à la mangue, mousse au chocolat…

Dommage. Ni théière ni cafetière posée sur la table… Et la désagréable sensation d'agacer la serveuse à force de quémander à boire, tout boit-sans-soif qu'on est.

Bon, 25 rue de la Pompe, XVIe. Tél. : 01 40 72 70 00. Brunch le dim. de 12 heures à 15 heures, à 39 €.

 

Bucolique : Au Père Lapin

Salle de réveil. Ce pavillon 1930, dominant Paris et redécoré façon Côté Ouest, a été relancé, voici quelques années, par une jeune équipe ambitieuse. Depuis mi-novembre, elle a mis en place un brunch que des quadras paisibles semblent préférer à ceux sur barges des quais de Seine, avec leurs clowns et familles à jeunes enfants turbulents.

Sur la table. Le brunch, servi dans un plateau laqué de gris façon bento, propose une (inutile) salade de cabécou chaud et golden, de généreux œufs brouillés au saumon fumé, une viennoiserie correcte et un très bon pain, un smoothie mangue-ananas et un fromage blanc au miel et spéculoos, sans oublier une bonne salade de fruits frais et des boissons chaudes. Un peu trop formaté, peut-être.

Bravo. Le lieu, le feu dans la cheminée, la courte carte des vins très maligne.

Dommage. La formule imposée, les assiettes moins précises qu'en semaine.

Au père lapin, 10, rue du Calvaire, 92 150 Suresnes. Tél. : 01 45 06 72 89. Brunch le dim. de 11 heures à 15 heures (29 € pour les adultes, 12 € pour les enfants).

 

Brunch au lit

Depuis novembre dernier, les Parisiens peuvent se faire livrer à domicile, le dimanche matin, une « brunch box » pour deux personnes. Elle existe en deux versions : la Classic (à 19 €) et la Deluxe (34 €), et se commande uniquement, via internet, sur www.brunchbox.fr

Livraison gratuite le dimanche de 11 heures à 14 heures (pour une commande passée au moins une heure à l'avance) dans les Ier, IIe, VIe, VIIe, VIIIe, IXe, XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe arrondissements. Paiement par chèques et espèces.

                                                    Une bonne idée pour laSaint Valentin...

                                                                                                             Marigotine

Commenter cet article

Marine 27/02/2010 15:59


Ce n'est pas un article copié/collé du Figaro ça ? Pourquoi ne pas l'avoir spécifié ?
Je travaille pour lefigaro.fr et je n'apprécie guère les gens qui baffouent le copyright. Merci de spécifier d'où vient l'article ou de le retirer.


NATHALIE 08/02/2010 12:18


haaaaaaa,je croyais que l'adresse blog les gens pouvaient le voir,ben zut alors.donc voici:"nathaliecuisinedu.monde.over-blog.com.
je vis en guadeloupe a saint-francois,bisous.


marigotine FWI 08/02/2010 12:22


Coucou ma belle merci pour ton adresse blog je vais le mettre en lien sur le mien Bises @+++ Viviane


NATHALIE 07/02/2010 23:48


bonjour,je suie belge de mons en hainaut et je vit aux antilles depuis 5 ans.
je suie fan de cuisine et je pensse qu'en te promenant sur mon cite ,tu pourrais trouver des choses interressante.bonne contunuation,bisous.


marigotine FWI 08/02/2010 00:54


Bonsoir Nathalie où vis-tu aux Antilles car j'ai moi-même vécu 7 ans à St Martin
J'irai voir, laisse moi ton adresse blog. Bises Marigotine @++++