Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

Haï...ti, un nom qui porte malheur.

14 Janvier 2010, 11:18am

Publié par marigotine FWI

 
            Le  Cauchemar pour Haïti pourrait bien continuer.
  

      L'horrible cohabitation des vivants et des morts dans Port-au-Prince
                 Deuxième nuit de cauchemar en Haïti<br/>   

Gunsly et Léo pleurent le décès de Milsoit, la soeur de Gunsly, la femme de Léo, enceinte detrois mois et victime du séisme qui a frappé Haïti.

- Entre les répliques au séisme qui a frappé l'île et les rumeurs de tsunami, des milliers d'habitants errent dans les rues jonchées de cadavres de Port-au-Prince. L'aide internationale commence à arriver. 
                                 

Plus de 24 heures après le séisme meurtrier qui a frappé Haïti, difficile d'établir un bilan de la catastrophe. Après les chiffres donnés par le premier ministre haïtien - «bien au-dessus de 100.000 morts» - c'est au tour du président René Préval de fournir une estimation. Il a évoqué mercredi sur CNN un bilan de 30.000 à 50.000 morts, sans préciser d'où venaient ces estimations. «Le Parlement s'est effondré. L'hôtel des impôts s'est effondré. Des écoles se sont effondrées. Des hôpitaux se sont effondrés. Il y a beaucoup d'écoles avec beaucoup de morts dedans», avait-il expliqué plus tôt. «Tous les hôpitaux sont pleins. C'est une catastrophe», a ajouté René Préval, qui a également appelé la communauté internationale à l'aide.

Alors que la capitale, Port-au-Prince, s'apprêtait mercredi soir à vivre une deuxième nuit de cauchemar au milieu des décombres, des milliers d'Haïtiens paniqués tentaient de rejoindre les hauteurs de Pétionville, une ville située en banlieue de Port-au-Prince. En cause, une rumeur annonçant l'arrivée prochaine d'un tsunami. «Des personnes ont senti de fortes vibrations. Il a fait très froid soudainement. Et des gens annoncent que l'eau monte», a expliqué une femme. Mais aucun élément concret ne permettait de confirmer la montée des eaux aux abords de Port-au-Prince. Plusieurs témoins ont toutefois fait état de répliques au séisme.

Le centre de la capitale est transformé en immense camp de réfugiés, où des centaines de milliers de personnes, plongés dans le noir, réclament désespérément de l'eau, de la nourriture et des médicaments. Des quartiers entiers sont devenus des cimetières à ciel ouvert. Nombre de réfugiés se sont installés sur le Champ de Mars, une célèbre avenue de Port-au-Prince, près du Palais présidentiel qui s'est affaissé sous le choc du séisme. Ils ont fabriqué des tentes. Des survivants errent dans les rues alors que d'autres tentent de retrouver des rescapés dans les ruines. Les corps retirés des décombres sont alignés dans les rues, à même le sol, recouverts d'un drap. 
                          De nombreux bâtiments publics de Port-au-Prince se sont effondrés sous la secousse.      

                                                                         Pourquoi toujours nous? 
                                                                                        Marigotine


 

Commenter cet article