Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

Des tics et des tocs c'est l'heure de vérité....

17 Mars 2012, 08:45am

Publié par marigotine FWI

 

 

 

 

 

 

 

                            
© DR
Source Capital.fr
Nicolas Sarkozy : une image combative et sincère

  Micro-démangeaisons sur le nez. Lorsqu'un sujet touche à son image, le Président de la République se gratte les ailes du nez. C'est un réflexe naturel : le cerveau envoie une démangeaison censée nous rassurer. Pour autant, cela ne révèle pas une faille chez Sarkozy. Sa force réside justement dans le fait qu'il ne cherche pas à maîtriser ses gestes. Résultat : grâce à ces manies, il est perçu comme sincère et spontané.

Bouche en huître. Régulièrement, le Président rentrent ses lèvres dans bouche, signe qu'il ne veut pas avoir à en dire plus, et surtout, symptomatique de sa volonté de ne pas perdre la maîtrise du débat. Entre deux questions de journalistes, il passe parfois sa langue sur ses lèvres avec délectation, comme s'il se réjouissait intérieurement de son petit effet.

                      
France 2, le 7 mars 2012, Des Paroles et des Actes. Réaction à la première question de la journaliste, Nathalie Saint-Cricq :Et au fond, est-ce que vous y croyez encore (sous-entendu à la victoire)

Roulement d'épaules. Lors des interviews télévisées, le chef de l'Etat hausse régulièrement ses épaules en arrière. Ce geste témoigne de son caractère combattif et traduit une volonté de performance. Dans la même logique, il tire parfois sur les deux pans de sa veste. Dans notre jargon de synergologue, on parle de"micro-tractions". Elles montrent qu'il veut entrer dans le match et en découdre. Attention, ce signe peut aussi trahir la montée d'agressivité d'un individu.

 
François Hollande : concentré et plutôt mécanique

Ses bras ne bougent pas, sauf en meeting. Signe de concentration, cette attitude figée démontre qu'il est dans le contrôle perpétuel de son discours. A tel point qu'il cherche parfois ses mots. Son rythme vocal est d'ailleurs souvent haché. Cette absence de marqueur spécifique trahit un manque de dynamisme. En meeting, en revanche, il a souvent les bras levés en"V". Ce signe de victoire - souvent vu chez Chirac - est issu de notre héritage primatologique. La paume offerte au public et les doigts écartés, François Hollande veut rassembler pour gagner.



France 2, le 26 janvier 2012, lors de l'émission Des Paroles et des Actes face à Alain Juppé.

Ici, le 22 janvier 2012, lors de son premier grand discours de campagne au Bourget (Seine-Saint-Denis).

Ses mains parlent pour lui. Il utilise souvent un geste très mitterrandien : le moulinet de la main droite, signe de dynamisme et de sa capacité à aller vers le changement. En revanche, il garde sa main gauche sous contrôle, signe qu'il maîtrise en permanence ses émotions. Autre posture, plus"hollandaise" cette fois : ses mains se rejoignent devant lui, comme pour dresser une barrière avec son interlocuteur. L'objectif est de se mettre sur un pied d'égalité avec son contradicteur.



France 2, 26 janvier 2012, Des Paroles et Des Actes suite à une question sur le recrutement de 60.000 enseignants.
Marine Le Pen : entre séduction et domination

Son profil gauche en avant. Elle est de la même famille gestuelle qu'Arnaud Montebourg : elle émet des codes inconscients de séduction. Buste en avant, les deux mains très actives de façon simultanée, la partie gauche du visage davantage présentée, les yeux se plissant involontairement... elle cherche constamment à créer un lien avec son interlocuteur pour capter son attention.

L'index pointé, les sourcils plissés. Il s'agit d'un code de domination. Elle développe un mimétisme à demi-conscient avec son père, Jean-Marie, que les psychanalystes appellent"phénomène d'introjection". A côtoyer un individu qu'on admire, et qui plus est dominant, on en adopte ses codes. D'un point de vue vocal, par exemple, Marine Le Pen s'est calquée sur le rythme de son père, avec ce voile rauque sur la voix.



TF1, 6 mars 2012, Parole de candidat, face à Michel Field.

  Une hypertonicité des épaules. Elles montent, elles descendent, la tête légèrement penchée en arrière pour signifier qu'elle est au-dessus de son interlocuteur, inébranlable.

François Bayrou : un self-control qui se veut protecteur


L'invité de RTL, le 12 mars 2012, frce au présentateur Jean-Michel Apathie. © Capital.fr

  Les yeux et les sourcils figés. Lors de ses vœux 2012, le Béarnais n'a cligné que 3 fois des yeux en 2 minutes 30. Et encore, les clignements interviennent lorsqu'il fourche et doit se reprendre. Cette absence de motricité dans le haut du visage démontre qu'il est très concentré. Cet hyper-contrôle trouve vraisemblablement sa source dans sa nécessité de maîtriser son bégaiement. Résultat : jamais un geste plus haut que l’autre, un débit vocal très lent, des clignements de paupières peu fréquents. Sauf que ce manque d'expressivité du visage amoindrit sa présence.

Les mains en bourse. On retrouve ce signe chez Martine Aubry, lorsqu’elle évoque des sujets qui lui sont chers. Lorsque le candidat du MoDem exprime ce qui l’émeut, tous les doigts se rejoignent la paume vers le haut. C'est le signe d'un investissement personnel, d'un attachement fort au discours tenu.

Commenter cet article

Douchka de chez Catbib 19/03/2012 09:53

houla tu m'as bien fais rire vu sous cet angle je les trouverai presqUE SYMPATHIQUE SI J OSAIS JE TE DEMANDERAI DE LES AIDER A FAIRE LEUR CAMPAGNE...

thierrys76 17/03/2012 11:33

Hello, mince faudra que je me fasse moi, prendre en photo dans des moments imprévus, je pense que nous avons tous et toutes, nous aussi, des gestes, des mimiques qu'ils serait bon de déchiffrer,
bon week-end à toi