Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

C'est pas "halé" alors ce sera retour....

13 Juillet 2012, 08:38am

Publié par marigotine FWI

 

 

Oh! C'est pas bientôt fini là-haut?

       Les anges sont devenus incontinents ou quoi?

 

                          i1899.gif                                                   i1901.gif

 

                                                                      vitrail-graal1.jpg

   Source Divine maintenant va falloir faire quelque chose!

Allez vous prenez quelques nuages bien ouatteux et vous vous les mettez au fond du slip, nous en avons un peu marre de ce temps pourri....

 

<strong>Oh! C'est pas bientôt fini là-haut? </strong>«Médiocre», «maussade», «mauvais»… Les prévisionnistes météo ont beau jouer sur les mots, le constat reste désespérant: pour une bonne partie de la France, le temps n'est pas au bikini mais au bon vieux K-Way et aux bottes. Comme ici à Deauville, le centre régional de Météo France a relevé ce samedi, en vingt-quatre heures, près de 30 mm de précipitations. On est finalement loin des 86 mm recueillis en juillet 1978, à Caen… Et côté soleil, la fin de l'hiver a été plus généreuse que le début de l'été où Il y a eu plus d'heures d'ensoleillement en mars qu'en juin. Le bal du 14 juillet risque ainsi de se fêter en pull-over plutôt qu'en robe d'été. Un bilan très gris qui commence à exaspérer les Français de la moitié nord du pays, d'autant que les voisins du Sud sont eux sous le soleil.

 


 «Médiocre», «maussade», «mauvais»… Les prévisionnistes météo ont beau jouer sur les mots, le constat reste désespérant: pour une bonne partie de la France, le temps n'est pas au bikini mais au bon vieux K-Way et aux bottes. Comme ici à Deauville, le centre régional de Météo France a relevé ce samedi, en vingt-quatre heures, près de 30 mm de précipitations. On est finalement loin des 86 mm recueillis en juillet 1978, à Caen… Et côté soleil, la fin de l'hiver a été plus généreuse que le début de l'été où Il y a eu plus d'heures d'ensoleillement en mars qu'en juin. Le bal du 14 juillet risque ainsi de se fêter en pull-over plutôt qu'en robe d'été. Un bilan très gris qui commence à exaspérer les Français de la moitié nord du pays, d'autant que les voisins du Sud sont eux sous le soleil. Crédits photo : CHARLY TRIBALLEAU/AFP

                                          k2303878.jpg                                              

C'est vraiment flagrant c'est bien au nord de la Loire que ça déconne!

<strong>À un fil. </strong>Les habitants de cette maison ont dû avoir la peur de leur vie. Cette habitation, presque emportée par les eaux, est suspendue au-dessus d'une rivière gonflée par les pluies au Nyhammar en Dalécarlie, au centre de la Suède ce mardi 10 juillet. Les régions déjà touchées par de fortes inondations, se préparent à de nouvelles averses torrentielles et des orages qui se déplacent à travers le pays.
. Les habitants de cette maison ont dû avoir la peur de leur vie. Cette habitation, presque emportée par les eaux, est suspendue au-dessus d'une rivière gonflée par les pluies au Nyhammar en Dalécarlie, au centre de la Suède ce mardi 10 juillet. Les régions déjà touchées par de fortes inondations, se préparent à de nouvelles averses torrentielles et des orages qui se déplacent à travers le pays. Crédits photo : LEIF R JANSSON/AFP

<strong>Submergé. </strong>Il n'a qu'un seul but: sauver sa peau. Alors cet ouvrier d'un chantier de barrage hydroélectrique court sans relâche pour échapper à une coulée de boue déclenchée par des pluies torrentielles dans une région montagneuse du sud-ouest de la Chine. Une quarantaine d'autres n'ont pas eu sa chance et ont tous été emportés. Le barrage de Baihetan est en construction sur le cours supérieur du fleuve Yangtsé, le plus long de Chine. Les glissements de terrain et les coulées de boue sont fréquents dans ces régions montagneuses, surtout l'été durant la mousson.
 Il n'a qu'un seul but: sauver sa peau. Alors cet ouvrier d'un chantier de barrage hydroélectrique court sans relâche pour échapper à une coulée de boue déclenchée par des pluies torrentielles dans une région montagneuse du sud-ouest de la Chine. Une quarantaine d'autres n'ont pas eu sa chance et ont tous été emportés. Le barrage de Baihetan est en construction sur le cours supérieur du fleuve Yangtsé, le plus long de Chine. Les glissements de terrain et les coulées de boue sont fréquents dans ces régions montagneuses, surtout l'été durant la mousson. Crédits photo : Quirky China News / Rex/REX/SIPA/Quirky China News / Rex/REX/SIPA
Et surement au sud aussi....

<strong>Évacués.</strong>Des sauveteurs locaux viennent en aide à des villageois pris au piège des inondations dans la ville de Nanchong (province du Sichuan), mercredi. Des pluies torrentielles s'abattent depuis quelques jours sur cette région, provoquant inondations et glissements de terrain. À ce jour, 46 personnes ont été sauvées des eaux,<i> in extremis</i>.
 Des sauveteurs locaux viennent en aide à des villageois pris au piège des inondations dans la ville de Nanchong (province du Sichuan), mercredi. Des pluies torrentielles s'abattent depuis quelques jours sur cette région, provoquant inondations et glissements de terrain. À ce jour, 46 personnes ont été sauvées des eaux, in extremis. Crédits photo : STR/AFP

<strong>S</strong><strong>euls.</strong> Ils sont pris au piège. Ces animaux domestiques sont bloqués sur un îlot dans le district de Sonitpur, une zone inondée du nord-est de l'État indien de l'Assam. Des pluies torrentielles, liées à la mousson, s'abattent depuis quelques jours sur cette région du pays alors que les autorités restent sur le pied de guerre. De nombreuses habitations se sont ainsi retrouvées les pieds dans l'eau. Ces inondations et glissements de terrain ont déjà provoqué la mort d'une soixantaine de personnes.
  Ils sont pris au piège. Ces animaux domestiques sont bloqués sur un îlot dans le district de Sonitpur, une zone inondée du nord-est de l'État indien de l'Assam. Des pluies torrentielles, liées à la mousson, s'abattent depuis quelques jours sur cette région du pays alors que les autorités restent sur le pied de guerre. De nombreuses habitations se sont ainsi retrouvées les pieds dans l'eau. Ces inondations et glissements de terrain ont déjà provoqué la mort d'une soixantaine de personnes. Crédits photo : STRINGER/INDIA/REUTERS
Des canons à eau ...
                  Mais là bien sur rien de Divin !

<strong>En colère.</strong> Les traits fatigués mais le regard fier, ils étaient entre cinq et dix mille gardes communaux à marcher vers Alger ce lundi. Objectif, se rendre au siège de la présidence à El Mouradia pour réclamer des augmentations salariales. Mais arrivés à Birkhadem, ils ont été bloqués par plusieurs centaines de policiers déployés pour les empêcher d'accéder au centre de la capitale. De violents affrontements ont alors éclaté entre les forces antiémeutes et les manifestants, la police faisant usage de bombes lacrymogènes, de matraques, de canons à eau et procédant à des arrestations. Ces affrontements, qui se poursuivaient lundi soir, ont fait entre 50 et 60 blessés parmi les gardes communaux.
 Les traits fatigués mais le regard fier, ils étaient entre cinq et dix mille gardes communaux à marcher vers Alger ce lundi. Objectif, se rendre au siège de la présidence à El Mouradia pour réclamer des augmentations salariales. Mais arrivés à Birkhadem, ils ont été bloqués par plusieurs centaines de policiers déployés pour les empêcher d'accéder au centre de la capitale. De violents affrontements ont alors éclaté entre les forces antiémeutes et les manifestants, la police faisant usage de bombes lacrymogènes, de matraques, de canons à eau et procédant à des arrestations. Ces affrontements, qui se poursuivaient lundi soir, ont fait entre 50 et 60 blessés parmi les gardes communaux. Crédits photo : Bensalem Billal/Bensalem Billal/ABACA

Commenter cet article