Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

BD, mon coup d'coeur de la semaine...

16 Janvier 2010, 13:34pm

Publié par marigotine FWI

Œ
                   Ida : grande exploratrice en jupons<br/>
                    Ida, vieille fille hypocondriaque, campée en grande exploratrice. Delcourt

Un album qui vient de paraître et analyse des planches image par image.
Cette semaine le 1er tome des aventures de la jeune Ida intitulé «Grandeur et humiliation», créé et dessiné par Chloé Cruchaudet.

                                                       Un graphisme haut en couleur

L'auteur

Née à Lyon en 1976, Chloé Cruchaudet étudie l'architecture puis les arts graphiques avant de s'orienter vers le cinéma d'animation. Son premier long récit «Groenland Manhattan», contant l'histoire véridique d'un petit Eskimo expatrié à New-York par l'explorateur Peary au début du XXe siècle, a obtenu le Prix René Goscinny en 2008. Son deuxième album, IDA, vient d'être sélectionné au 37e Festival international de BD d'Angoulême.

«Groenland Manhattan», le premier album de Cloé Cruchaudet.
«Groenland Manhattan», le premier album de Cloé Cruchaudet.

L'album

A la fin du 19e siècle, en Suisse, nous faisons connaissance avec Ida, une riche héritière, précieuse, hypocondriaque et autoritaire. Son existence prend un tournant imprévisible un beau matin, lorsque son médecin lui prescrit une cure sur la Côte d'Azur. Elle s'aperçoit qu'avec le mouvement ses symptômes disparaissent. Ida prend alors goût au voyage et s'éloigne toujours plus de sa Suisse natale tout en restant fidèle à son corset et à ses bonnes manières. De Tanger à Saint-Louis commencent alors des tribulations aventureuses qui lui donneront à vivre les joies et les vicissitudes de l'exploration.

D'emblée, en lisant Ida, on tombe sous le charme de l'étrange graphisme de Chloé Cruchaudet. La couverture de l'album donne un aperçu édifiant de la liberté de la donzelle. Sur un fond bleu sombre de nuit africaine, on découvre Ida, élégante aristocrate dans une robe bouffante, corsetée à l'extrême. Joli visage fin, chignon sophistiqué, regard baissé, moue satisfaite : la jeune héritière qui se rêve exploratrice effectue comme un pas de danse dans la jungle. Justement, cette jungle africaine si dense, dangereuse et inextricable, s'engouffre dans cette robe immense. L'imbrication entre le profil de l'héroïne et ce décor sauvage résume parfaitement l'intrigue de l'aventure. Ce saisissant raccourci graphique illustre les enjeux profonds de ce récit initiatique coloré : comment les voyages peuvent transformer les horizons d'une petite chipie bêcheuse, recroquevillée sur elle-même ? On attend avec impatience le deuxième tome des aventures d'Ida. En espérant que les robes à crinoline et autres bottillons à talons seront remisés dans les malles, au lieu d'être l'objet de mémorables séquences humiliantes au beau milieu de la jungle hostile…

Ida, tome 1, 56 pages, chez Delcourt. 14€.
<b>Planche 38</b> : Cette planche met de côté le découpage classique de la grammaire BD au profit d’une narration ''horizontalisée''. Les couleurs chaudes, jaunes, orangées, exotiques, mettent en valeur l’odyssée rocambolesque d’Ida toujours engoncée dans sa robe à corset rouge pivoine. La robe devient un motif rond, comme une petite balle rouge qui traverse la page en faisant des zigzags comiques. Aussi audacieux qu’irrésistible.

Planche 38 : Cette planche met de côté le découpage classique de la grammaire BD au profit d’une narration "horizontalisée". Les couleurs chaudes, jaunes, orangées, exotiques, mettent en valeur l’odyssée rocambolesque d’Ida toujours engoncée dans sa robe à corset rouge pivoine. La robe devient un motif rond, comme une petite balle rouge qui traverse la page en faisant des zigzags comiques. Aussi audacieux qu’irrésistible.
<b>Planche 3</b> : La première planche de l’album est aussi la plus surprenante. Une petite larve verte se glisse dans le corsage d’une gente dame perchée en haut d’un baobab. Ce sont d’abord les couleurs aquarellées qui attirent l’attention. Du vert pastel mélangé au violet soutenu de la robe à crinoline. L’image est des plus amusantes. En même temps, l’héroïne pendue en haut de son arbre, ridicule et abandonnée, pleure à chaudes larmes. Partagé entre le rire et la pitié, l’attendrissement, le lecteur a hâte de tourner la page. Le mélange doux-amer des sentiments est un délicieux aphrodisiaque romanesque.
Planche 3 : La première planche de l’album est aussi la plus surprenante. Une petite larve verte se glisse dans le corsage d’une gente dame perchée en haut d’un baobab. Ce sont d’abord les couleurs aquarellées qui attirent l’attention. Du vert pastel mélangé au violet soutenu de la robe à crinoline. L’image est des plus amusantes. En même temps, l’héroïne pendue en haut de son arbre, ridicule et abandonnée, pleure à chaudes larmes. Partagé entre le rire et la pitié, l’attendrissement, le lecteur a hâte de tourner la page. Le mélange doux-amer des sentiments est un délicieux aphrodisiaque romanesque.
<b>Planche 12</b>. Dans cette page, Chloé Cruchaudet nous invite à ressentir l’appel du large. L’invitation au voyage. Ida débarque à Tanger d’un immense navire. On suit sa petite personne silhouette rouge tout au long de la planche. Ida n’est pas une personne qui passe inaperçue. Pourtant, la construction de la planche fait tout pour la rapetisser. L’effet est tout à fait réussi.
Planche 12. Dans cette page, Chloé Cruchaudet nous invite à ressentir l’appel du large. L’invitation au voyage. Ida débarque à Tanger d’un immense navire. On suit sa petite personne silhouette rouge tout au long de la planche. Ida n’est pas une personne qui passe inaperçue. Pourtant, la construction de la planche fait tout pour la rapetisser. L’effet est tout à fait réussi.
<b>Planche 37</b> : Dans cette page, l’aventure avance à grand galop. Dans la diligence nos deux héroïnes sont entourées d’un personnage altier et souriant. La dessinatrice adresse un clin d’œil aux lecteurs, puisqu’il s’agit ni plus ni moins que de Jean Rochefort, dont l’élégance railleuse fait merveille.
Planche 37 : Dans cette page, l’aventure avance à grand galop. Dans la diligence nos deux héroïnes sont entourées d’un personnage altier et souriant. La dessinatrice adresse un clin d’œil aux lecteurs, puisqu’il s’agit ni plus ni moins que de Jean Rochefort, dont l’élégance railleuse fait merveille.
                                                   Bonne lecture à tous!
                                                                                                    Marigotine

Commenter cet article