Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

Il était une fois en France...

1 Novembre 2009, 17:21pm

Publié par marigotine FWI

                     Mr Joseph : le trouble destin d'un juif collabo et résistant

       


CHRONIQUE - Olivier Delcroix, critique BD, sélectionne un album qui vient de paraître et analyse des planches image par image. Cette semaine, Il était une fois en France, Honneur et Police, le troisième volume de la série culte contant l'histoire véridique de Joseph Jaanovici, adapté par Sylvain Vallée et Fabien Nury, aux éditions Glénat, 56 pages. 13€.


Les auteurs

en 1976, le scénariste Fabien Nury est un ancien élève de l'Ecole Supérieure de Commerce de Paris (ESCP). Après des débuts dans la publicité, cosigne avec Xavier Dorison et Christian Rossi au dessin, le western fantastique W.E.S.T. En solo, il se fait remarquer avec Je suis Légion dessinée par John Cassaday. Mais c'est sa rencontre, en 2006, avec le dessinateur Sylvain Vallée qui scelle son destin. Né le 28 juin 1972 à Sannois dans le Val d'Oise, Sylvain Vallée a, quant à lui, d'abord perfectionné son trait au sein du prestigieux Institut Saint-Luc de Bruxelles. Ce qui lui permet de rencontrer un vif succès grâce à ses travaux d'illustrations inspirées de célèbres films tels que « Les tontons flingueurs », « Mélodie en sous-sol », « Un taxi pour Tobrouk » ou « La traversée de Paris ». Dès 2006, en entamant la série Il était une fois en France, le tandem Vallée et Nury fait immédiatement des étincelles. Il se murmure qu'un jour peut-être, nos deux compères pourraient eux-mêmes adapter sur grand écran, l'ahurissant destin de Monsieur Joseph.

L'album

On attendait avec impatience le troisième tome d' «Il était une fois en France», saga prévue en six volumes et signée Fabien Nury et Sylvain Vallée.

En 2007, le premier volet avait vraiment impressionné par sa maîtrise scénaristique et la virtuosité des dessins.Le sujet était pourtant des plus délicat, à l'image de la phrase inscrite au dos du livre : « Orphelin, immigré, ferrailleur, milliardaire, collabo, résistant, criminel pour certains, héros pour d'autres, M. Joseph fut tout cela et bien plus encore.



<b>Page 13</b> : Paris, quartier des Halles, 13 mars 1943. Vallée et Nury posent les bases d’une des grandes scènes de l’album. Le haut de cette planche met en place les personnages dans une mise en scène classique. Les auteurs s’amusent tout de même à faire un clin d’œil au film de Henri-Georges Clouzot ''Le Corbeau'', sorti en 1943, et qui raconte les méfaits d’un délateur… alors que Monsieur Joseph s’apprête à faire la même chose. La seconde partie de la planche s’horizontalise. On passe au format panoramique. L’enseigne du Café Le Zimmer apparaît en gros plan. Dans les cases suivantes, le regard prend progressivement du recul à partir de la main du jeune chauffeur jusqu’à montrer la nuque de Joseph Joanovici. Ces trois cases allongées suggèrent l’étirement du temps et la montée du suspense…

 

Page 13 : Paris, quartier des Halles, 13 mars 1943. Vallée et Nury posent les bases d’une des grandes scènes de l’album. Le haut de cette planche met en place les personnages dans une mise en scène classique. Les auteurs s’amusent tout de même à faire un clin d’œil au film de Henri-Georges Clouzot "Le Corbeau", sorti en 1943, et qui raconte les méfaits d’un délateur… alors que Monsieur Joseph s’apprête à faire la même chose. La seconde partie de la planche s’horizontalise. On passe au format panoramique. L’enseigne du Café Le Zimmer apparaît en gros plan. Dans les cases suivantes, le regard prend progressivement du recul à partir de la main du jeune chauffeur jusqu’à montrer la nuque de Joseph Joanovici. Ces trois cases allongées suggèrent l’étirement du temps et la montée du suspense.<b>Page 14</b> : Dans la pénombre de la voiture, Monsieur Joseph déclenche l’action en posant la main sur l’épaule du jeune « mouchard ». Installé dans la Traction, il assiste à la scène sans broncher. A partir de là, plus un mot, plus une bulle. De l’action pure, à peine rythmée par les « Takatak » et autres « Blam »de la dernière case. En verticale, le visage de Monsieur Joseph se détache. Ahuri.  


Page 14 : Dans la pénombre de la voiture, Monsieur Joseph déclenche l’action en posant la main sur l’épaule du jeune « mouchard ». Installé dans la Traction, il assiste à la scène sans broncher. A partir de là, plus un mot, plus une bulle. De l’action pure, à peine rythmée par les « Takatak » et autres « Blam »de la dernière case. En verticale, le visage de Monsieur Joseph se détache. Ahuri.
<b>Page 15 </b>: A elle seule, la page 15 concentre tout l’art et la virtuosité narrative de Sylvain Vallée et Fabien Nury. Une planche muette. Plus aucune onomatopée. Et pour cause, le lecteur est aux côtés de Monsieur Joseph, dans la voiture. Aucun bruit, donc. Mais un champ dans lequel on voit un homme tenter de fuir en traversant la vitre du Zimmer. En contrechamp, le regard de plus en plus perdu de Joanovici, témoin terrifié et honteux qui assiste en direct à la conséquence de ses actes. La dernière case s’éclaire en contreplongée. Les balles traversent le pauvre homme comme une série de flèches sanglantes. Oon pense au martyr de Saint- Sébastien. Une mort quasi-christique. Sous le regard d’un Juda impuissant en proie à une culpabilité de plus en plus lourde.
Page 15 : A elle seule, la page 15 concentre tout l’art et la virtuosité narrative de Sylvain Vallée et Fabien Nury. Une planche muette. Plus aucune onomatopée. Et pour cause, le lecteur est aux côtés de Monsieur Joseph, dans la voiture. Aucun bruit, donc. Mais un champ dans lequel on voit un homme tenter de fuir en traversant la vitre du Zimmer. En contrechamp, le regard de plus en plus perdu de Joanovici, témoin terrifié et honteux qui assiste en direct à la conséquence de ses actes. La dernière case s’éclaire en contreplongée. Les balles traversent le pauvre homme comme une série de flèches sanglantes. Oon pense au martyr de Saint- Sébastien. Une mort quasi-christique. Sous le regard d’un Juda impuissant en proie à une culpabilité de plus en plus lourde.

.

Une séquence d'anthologie se détache toutefois de ce troisième épisode : celle de la rafle du café Le Zimmer. Vallée et Nury mettent en scène avec maestria un épisode réel tout en mettant à nu les états d'âmes d'un personnage complexe.

Sans complaisance, «Il était une fois en France» dépeint avec une précision parfois cruelle cette période clé du destin de Joanovici, où il est plus que jamais obligé de faire des choix, dont certains sont plus moraux que d'autres.

Une grande réussite du genre.

Bonne lecture.

http://www.mylivesignature.com/signatures/54487/290/FBCF2AA064AA8A01F0CB19E5481670E6.png

Commenter cet article