Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

Nos pauvres "bout d'chou"....

3 Septembre 2009, 11:33am

Publié par marigotine FWI



Que de larmes seront versées ce matin, la séparation d'avec les siens, sans compter la rupture de son petit univers. Pour vous aussi c'est dûr, ils vous manquent déjà, et pourtant combien de fois avez vous souhaité: Vivement que tu ailles à l'école, eh! bien, voici le grand Jour tant attendu.

Moi aussi je me souviens de l'école, et je peux vous dire que les débuts n'ont pas été de tout repos. Nous sommes en 1954/1955, et voici les péripéties de Marigotine à l'école.

Extrait tiré de mon livre.       "Lettre à ma vie"

...................................J'ai mainetant 6 ans, je vais à l'école en autocar, mon bonheur est parfait car j'aime apprendre, mais... Car il y a toujours un mais quand tout va bien. Ce mais s'appelle: Soeur Rose, de ce prénom elle en a surtout pris les épines! Un véritable dragon cette religieuse et surtout loin d'être une "crème" Mes grands parents, de revenus modestes ne peuvent pas arrondir au plus large les frais de ma scolarité. De plus ma jeune mère est divorcée, et elle ne retient donc pas tous les critères favorables auprès des Saintes Instances Religieuses! Je deviens alors le "souffre douleur" de cette poison.
                                Par une fin d'après midi d'hiver, la Soeur m'oblige à rester après la classe pour recopier une dictée, où, par étourderie j'ai écrit la ponctuation en toute lettre! Cette dictée me fit rater mon car. Entre chien et loup, c'est comme celà que l'on appelle cette heure de fin de journée, et c'est bien ce qui m'effraye. Plus de deux kilomètres à faire à pieds, avec sûrement des chiens aux trousses, et pourquoi pas des loups! il est évident, j'en suis sûre, mes parents vont venir me chercher, ils doivent être inquiets. Le temps me semble très long, j'ai peur, il fait presque nuit et je longe le bord de la route tout en fredonnant quelques notes pour me donner du courage. Ayant pris connaissance par le chauffeur que je n'étais pas montée à bord, mon grand père pris le chemin inverse avec sa mobylette, seul moyen de locomotion de la famille. Il me récupéra sur la route toute tremblante et traumatisée. En y repensant, je qualifierai de sadique cette satanée Soeur. Pour mes grands parents, pas le temps d'aller faire le point avec la religieuse, ils travaillent très dûr pour élever leurs deux filles et petite fille. Je dois faire le nécessaire, et seule! Pour moi la cause est entendue, elle ne l'emportera pas au paradis! Elle qui en parle tout le temps... C'est sûr je vais lui faire payer sa méchanceté, je le sais tout au fond de moi, ce sera pour bientôt.
                                Et ce moment ne tarda pas trop à venir. quelques mois se sont écoulés depuis ma marche forcée dans le noir, mais ma rancune est tenace. Je suis avec toute ma classe dans l'église proche de l'école à préparer notre "retraite de confirmation" Collées les unes contre les autres sur ces bancs de bois, nous ressemblons plus à des poulets attendant des graines qu'à des fillettes en quête de pardon pour leurs pêchés. Des chuchotements et des rires fusent parfois sous les CHUT de Soeur Rose! Chacune attend son tour pour passer à "confesse" Bien sûr inutile de vous dire je ne suis pas en tête de liste! Je dois passer l'avant dernière et, une envie urgente de faire un petit besoin naturel me gonfle la vessie de façon assez douloureuse. Je vais donc doucement voire la religieuse et lui demande: Soeur Rose est ce que je peux aller faire pipi? Non me repondit-elle fermement, tu attendras d'être passée, pour l'instant retourne t'assoir à ta place et, immédiatement. Je vais exploser, je n'ose même plus respirer normalement, mon souffle devient de plus en plus léger, comme pour retenir mon envie d'uriner. C'est mon tour, tout doucement je me lève, et avec de tous petits pas comme ceux d'une geisha, j'avance vers cette petite "guitoune" de bois, avec une lenteur presque caricaturale je m'agenouille sur la marche, le rideau de tire, et là, le prêtre me dit: Allez y ma fille réciter tous vos pêchés, et dans une extrême délectation j'urine dans le confessional. Ce liquide jaune et chaud sort de moi sans que je puisse faire quoi que ce soit pour le retenir, et il s'écoule  Cô...Pieusement tout en fumant sur le sol glacé de l'église. Comme pour marquer ce moment inoubliable, le petit piaillement d'un moineau entré par un vitrail cassé me fit sourire à en oublier mes vêtements mouillés. Sur le chemin du retour, je croise la dernière petite "pêcheresse" qui se dirige vers l'isoloir! Elle s'agenouille et se met à hurler: Ma soeur, ma soeur, Viviane à fait pipi dans le confessionnal. Ouille et ouille! Ma difficile relation avec la soutane et la cornette réunies entrait dans une phase très critique. A ses yeux je suis devenue la personnification du mal et de l'insolence, et je mériterais sans conteste le renvoi de l'école et surtout celui du monde de la chétienteté. Il fallait bien que je m'attende à des représailles de sa part, elles vinrent aussi que vite que les foudres célestes.
                        De retour en classe, elle voulu me faire payer mon attitude qualifiée à ses yeux "d'hérétique", cette fois je ne lui ai laissé ni le temps, ni l'opportunité, car je le savais, sa colère n'aurait rien de divin, alors dans un geste de défense anticipé je m'agrippai à sa soutane et lui administrai de violents coups de pieds dans le devant des jambes. Elle eut tout juste le temps malgré tout de ma flanquer une giffle tout en hurlant en latin. Je m'en souviens encore! Heureusement la fin de l'année scolaire approche, je vais quitter cette école, et m'éloigner physiquement à tout jamais de Soeur Rose.
  A suivre...    

Les temps ont changé, fort heureusement.

Marigotine prise en photo dans la classe de Soeur Rose.  Année 1954/1955

"Les religieuses"  il paraît qu'ils sont bon.... Et j'avais déjà la frange à la Kate Moss !!!


<a href="http://www.mylivesignature.com" target="_blank"><img src="http://signatures.mylivesignature.com/54487/282/FEEBDD3820AA28109457181736A18E74.png" style="border: 0 !important; background: transparent;"/></a>

Commenter cet article

bribri 03/09/2009 14:40

je te reconnais bien dans tes commentaires, mais peu sur la photo
les yeux un peu triste alors que malgré toutes tes épreuves je te connais pleine de viva..cité....et de malice
bises ma poule