Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ctoutpourvous

Souvenez-vous...

2 Septembre 2009, 09:03am

Publié par marigotine FWI

Le 19 juin 2009 je vous écrivais un petit article intitulé:    
                                    " Lettre à ma vie"
Lettre à ma vie est en fait le titre de mon livre,  livre que j'essaie d'écrire avec la plus grande attention et sincérité.
Les aléas de la vie font que bien souvent on passe à côté de choses essentielles, et elle passe vite cette sacrée vie ...

Ce week end nous avons fêté les 40 ans de mon cousin, un temps magnifique, une fête comme on les aime avec les amis et la famille, des heures de pur bonheur. Et depuis le début de l'année, dès qu'une réunion de famille est à l'ordre du jour, je ne peux m'empêcher de penser à cette personne que je n'ai pas connue. Pour savoir pourquoi:
Allez voir dans la journée du 19 juin 2009, page 8, mon petit article vous l'expliquera.  

Donc ça y est, repartons dans l'histoire.....

                          On va lui sectionner notamment le nerf frénique qui part du cou, et soutient le poumon jusqu'à la plèvre. Il faut absolument dégager ce pus qui subsiste et stagne malgré les ponctions. Elle subira toutes ces insupportables manipulations avec un courage incroyable. Après ce long séjour dans cet hôpital, celle qui, selon les dires de certains devait mourir, est toujours là et bien vivante. Elle reprend goût en cette vie, et elle y croit plus que jamais. Comment mon père a t-il pû laisser faire çà? Pourquoi n'a t-il rien fait, son absence et son manque de réaction sont encore aujourd'hui assez douloureuses à admettre. Etait-il sous influence néfaste?
                        Revenons en 1942, la France est en guerre, mon père n'a que 18 ans quand il s'engage dans le maquis, ce passage aura laissé de terribles souvenirs et traces irréversibles dans cette tête de jeune homme aventurier et immature. Sa vie, son comportement en seront marqués au fer rouge comme un tatouage indélébile. Il se peut que dans cette période troublée, mon père ait perdu le sens de la souffrance, une immunisation à la douleur des autres, peut-être un semblant de réponse dans ce puzzle de questions que je cherche à rassembler. Ce passé de maquisard, alors qu'il n'est encore qu'un jeune adolescent, marquera à tout jamais son esprit. Pour moi c'est la seule  
explication que je puisse entendre, admettre, et lui autoriser. La guerre, cette saleté nous prend nos âmes, les forge à son image de cruauté et nous les rend vidées de toute compassion. La naissance de sa fille à elle seule suffisait à combler son bonheur, mais sous le toit de cette maison, il y avait une personne de trop!


                            Je saurai plaus tard qu'il ne m'avait pas abandonnée à ma naissance mais, que bien au contraire, il voulait me récupérer, et cherchait par tous les moyens à m'arracher à mes grands parents maternels. Je fus d'ailleurs cachée durant les premiers mois de ma vie tour à tour, chez des amis et des religieuses, il ne fallait surtout pas que l'on me retouve.
                            Déjà une année s'est écoulée depuis que j'ai fait apparaître ma frimousse, et pour leur plus grand bonheur, un jugement officiel a confié ma garde à mes grands parents Marie et Marcel.
                             Je suis devenue volontaire et très remuante malgré un physique de bébé bien potelé. Une âme d'aventurière intrépide habite déjà ma toute petite personnalité. Nous sommes le 8 décembre 1949, douze mois se sont écoulés, c'est mon baptême, je marche déjà depuis trois mois, maman est absente, elle est toujours alitée et lutte encore pour sa vie. Les familles sont réunies à l'église pour célébrer l'évènement, le lieu a dû apaiser quelque peu les esprits, et plus aucune personne ne fait trop attention à moi, j'en profitte pour agripper la poussette de ma cousine, et l'embarque tranquillement à l'extérieur du bâtiment, quelques marches dévalées, Martine ne bronche pas, secouée mais contente de se faire balader. Quelques longs instants se sont écoulés.... On nous retrouvera au beau milieu de la place de l'église! Dieu merci, (il était si prôche!) et les automobiles étaient beaucoup plus rares à cette époque.....

Je suis la petite face de lune à gauche!

A plus tard pour la suite...

Commenter cet article